Quel est le risque de rouler sans assurance moto ?

Si vous faites le malin, et que vous espérez pouvoir faire d’énormes économies en refusant de souscrire à une assurance moto, sachez que vous vous trompez !

Risque rouler sans assurance moto : quelles sont les sanctions imposées en cas de contrôle routier ?

Il faut s’inquiéter et souscrire à une assurance moto, car le pourcentage d’accident des deux-roues ne cesse d’augmenter d’année en année, et accumule aujourd’hui un taux d’accidents plus élevé que les autres véhicules (voitures, camions, bus) et il faut également prendre en compte les risques encourus tant à l’égard de votre santé, mais aussi de vos finances ! Quelles sont les risques d’une telle négligence ? On établit le bilan pour vous.

Pourquoi est-il primordial de souscrire à une assurance moto ?

Le scooter reste un moyen de transport terrestre à moteur comme tous les autres, c’est pour cela qu’il doit être sous assurance afin d’anticiper les éventuels risques et malheurs qui pourraient survenir en circulant sur la route. C’est donc la raison pour laquelle il est impératif de souscrire à une assurance moto le plus vite possible. Les atouts d’une souscription à une assurance moto sont les suivants :

  • La prise en charge des frais causés par les éventuels accidents ;
  • La prise en charge des soins des personnes atteintes dans l’accident.

Les sanctions imposés en cas de contrôle routier

Dans le cas contraire, si vous faites la sourde oreille, et vous refusez de soumettre votre moto à une assurance, soyez sur de vous retrouver avec de sérieux problèmes, sachant que les automobiles non assurées représentent les proies favorites des forces de l’ordre durant leurs contrôles routiers réguliers, organisés sur de nombreux territoires imprévus ! Nombreuses sanctions pénales s’appliqueront sur vous, selon la situation dont vous vous êtes fait attraper. A titre d’exemple, si vous êtes déjà assuré mais par oublie ou négligence, vous n’avez pas mis votre vignette verte au niveau de votre pare-brise, une pénalité de seconde classe de 35 € vous sera collée pour non apposition d’acte d’assurance. Pareil si votre papillon n’est pas renouvelé, vous subirez la même sanction.

Toutefois, si vous avez dépassé la date de validité de votre vignette, notez que la police et la gendarmerie acceptent plus ou moins ce genre de retard, vous aurez un mois pour régler ce souci. En revanche, pour vous remettre sur les railles des délais d’envoi du certificat par votre assurance, vous serez invité à aller adresser votre justificatif et attestation d’assurance au niveau du commissariat ou bien à la brigade de gendarmerie, dans le délai des 5 jours à venir. Sachez tout de même que la non présentation de votre attestation d’assurance pèsera sur vous avec une amande de 135 €, pouvant même atteindre les 375 € si vous ne payez pas dans les 45 jours qui suivent.

Si vous roulez sans assurance, le châtiment sera beaucoup plus accentué ! Puisqu’elle s’aggrave en devenant un délit de défaut d’assurance, l’amende peut chiffrer et atteindre les 3 750 € !

Par ailleurs, une variété d’autres peines additionnelles peuvent être ajoutées au nom du tribunal correctionnel, dont un retrait du permis de conduire pour une période de trois ans, voire même son annulation concrète et définitive, ainsi qu’une confiscation décisive de votre scooter. Et un stage impliqué dans le but de vous sensibiliser à la sécurité routière, celui-ci sera ajouté à vos frais, ainsi qu’une probable peine de travail d’intérêt général pour bien compléter votre condamnation.

Rouler sans assurance moto : quels sont les risques en cas d’accident ?

Concrètement, le fait déjà que vous n’assurez pas votre scooter veut dire que vous serez tenu à assumer toute responsabilité d’indemnisation de tous les éventuels dommages causés par votre scooter lors d’un accident. Cela englobe la totalité des dégâts matériels affligés à d’autres véhicules et même au public, plus les soins médicaux nécessaires à apporter pour les victimes en raisons d’accidents physiques et corporels. Sans oublier le fait que la somme en jeu peut s’élever à des montants monstrueux en cas de séquelles !

Pour éviter de vous infliger toutes ces situations de stress, sachez toutefois que vous n’avez pas besoin de souscrire à une assurance au montant faramineux, contentez vous du minimum de protection imposé par la loi, qui est l’assurance au tiers, ou la responsabilité civile. Celle-ci vous couvre correctement, à un prix très raisonnable !

Laisser un commentaire