parlement européen

La proposition législative de la Commission Européenne remet en question l’interdiction prévue des moteurs à combustion, soulignant la complexité de la mesure des émissions de CO2.
Une initiative législative récente de la Commission Européenne visant à harmoniser le suivi des émissions de gaz à effet de serre pourrait remettre en cause l’interdiction annoncée pour 2035 des véhicules neufs à moteur à combustion dans l’Union Européenne. Selon cette réglementation, seuls les véhicules n’émettant pas de CO2 durant leur fonctionnement, à l’instar des voitures électriques, devaient être autorisés. Cette approche, jugée arbitraire et déconnectée de la réalité par de nombreux experts, néglige en effet l’empreinte carbone réelle de la mobilité électrique.

Lire en complément: Triumph Speed Triple 1200 RS : une évolution prometteuse se profile à l’horizon

La perspective Well-to-Wheel

La méthodologie « Well-to-Wheel » (du puits à la roue), qui considère l’ensemble du cycle de vie énergétique d’un véhicule, de la production de l’énergie à son utilisation pour le déplacement, révèle les limites de l’approche « Tank-to-Wheel » (du réservoir à la roue) souvent utilisée pour les véhicules électriques. Cette dernière permet d’afficher des émissions de CO2 de 0 gramme par kilomètre, en ignorant les émissions substantielles liées à la production de l’électricité nécessaire à leur fonctionnement.

Un changement de paradigme à Bruxelles ?

Face à l’arrivée massive de véhicules électriques, principalement en provenance de Chine, un changement de perspective semble s’amorcer à Bruxelles, avec une volonté de prendre en compte les émissions réelles des différents types de propulsion selon le principe du Well-to-Wheel.

Dans ce cadre, l’origine de l’électricité utilisée pour la recharge des véhicules électriques devient un critère déterminant. Selon un document interne référencé par la Kronen Zeitung le 5 mars 2024, les voitures électriques pourraient se révéler moins performantes que prévu, compte tenu du mix énergétique actuel riche en énergie produite à partir de charbon.

Les implications pratiques de cette réflexion

Les implications de cette réflexion en cours à Bruxelles restent à déterminer. La Présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, a souligné l’importance de la diversité technologique et des choix disponibles, selon la Kronen Zeitung.

Pour l’heure, les exceptions à l’interdiction des moteurs à combustion semblent se limiter aux véhicules fonctionnant avec des carburants neutres en CO2, tels que les E-Fuels, dont la disponibilité à grande échelle et à des prix compétitifs reste incertaine. De plus, la production de ces carburants soulève également la question de l’empreinte carbone de l’électricité nécessaire à leur synthèse.

Cette révision législative en discussion pourrait mener à une appréciation plus globale de la problématique des émissions, bénéfique tant pour le secteur industriel européen que pour l’environnement. Reste à voir si les décideurs politiques parviendront à adopter une vision plus holistique des enjeux liés aux émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports.